Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Partenaires

 


 
 
 
 
 
 
 
 
 

Votre Espace

INFO->ÉNERGIE

Maison de la Nature

11 rue Jauvion

87000 Limoges

05.55.14.88.42

eie-lne@orange.fr

2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 16:36

logo eieLes chauffes eau thermodynamiques sont aux coude à coude avec le solaire thermique pour la production d’eau chaude sanitaire dans les bâtiments neufs. Leur développement est en pleine expansion avec l’introduction de la RT 2012. Les ingénieurs rivalisent de ruses pour offrir à ces pompes à chaleur les sources chaudes nécessaires à une production d’eau chaude suffisante.

 

Traditionnellement, les chauffes eau thermodynamiques prennent leurs calories suivant trois configurations :

 -  Sur l’air ambiant dans une pièce intérieur ; ce qui a le désavantage de refroidir la pièce en question qu’on essaye traditionnellement de chauffer, sauf en été…

 

- Sur l’air extérieur ; ce qui a le désavantage d’avoir les mêmes freins qu’une pompe à chaleur air/air : plus il fait froid, moins le système est efficace

 

- Sur l’air de la Ventilation Mécanique Contrôlée ; ce qui nécessite d’avoir des débits d’air suffisants pour générer suffisamment d’eau chaude

 

Les trois configurations sont néanmoins intéressantes avec des consommations électriques en moyennes deux fois inférieures à celle d’un cumulus électrique traditionnel. Il est donc important de bien choisir l’implantation du ballon au préalable en ayant connaissance des ces limites.

 

Afin d’éliminer ces inconvénients, les ingénieurs utilisent désormais de plus en plus la chaleur disponible sous la toiture pour chauffer l’eau chaude. En effet, ces larges surfaces chauffent de grands volumes d’air entièrement gratuits. S’ils sont intéressants lors de rénovation de toiture, ils restent soumis aux aléas du climat et peuvent avoir des difficultés à produire en hiver (neige par exemple…).

 

- En Suède, une entreprise a élaboré une couverture en matériau transparent transformant la toiture en un « capteur d’énergie ». Combiné à un stockage de chaleur géothermique, ce système de circuit aéraulique offre une très grande efficacité (350 kWh/m² pour une installation en Suède).

 

- D’autres proposent une toiture intégrant un serpentin hydraulique. Relié à une PAC, ce système offre de bonnes performances sur les installations déjà réalisées en Suisse (350 kWh/m²) et peut même fonctionner sans PAC durant l’été, comme un système solaire thermique.

 

- Certains fabricants ont couplé un circuit hydraulique à des panneaux photovoltaïques. Ces panneaux hybrides ont l’avantage d’améliorer l’efficacité électrique du système photovoltaïque en réduisant sa température tout en produisant de l’eau chaude.

 

Ces nouvelles technologies n’en sont encore qu’à leur balbutiement, mais il faudra suivre leur évolution de près car d’après le Moniteur : « La consommation énergétique des bâtiments en France est à ce jour de 550 TWh par an (1 TWh = 1 milliard de kWh). Avec 45 TWh, la production d’eau chaude sanitaire représente 8 % de ce total. La RT 2012 exigeant une consommation énergétique moyenne de 50 kWhep/m².an, toutes les dépenses d’énergie, parmi lesquelles figure le chauffage premier poste de consommation, vont être amenées à fortement diminuer dans les prochaines années. Seule la production d’ECS restera relativement stable. Actuellement presque dix fois inférieure à la consommation du chauffage, la production d’ECS va donc mécaniquement prendre une part de plus en plus importante dans le total des consommations énergétiques. Selon les prévisions, elle devrait à terme atteindre 50 % et propulser l’ECS au premier rang des dépenses énergétiques liées au bâtiment. »

 

Quant aux systèmes "solaire thermique" très stables dans le temps et avec 70% de couverture en Limousin, ils arrivent quasiement aux mêmes coûts de fonctionnement que les chauffes eau thermodynamiques (consommation électrique pour l’appoint et le circulateur contre consommation du compresseur pour le thermodynamique). A la limite de leur développement technologique, ils offrent néanmoins une grande autonomie et nécessitent peu d’entretien. Leur durée de vie est donc allongée.


Pour plus d'information, Espace Info Energie 05.55.14.48.42

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Conseiller Energie LNE
commenter cet article

commentaires